Une étude montre que la combinaison d’agents d’immunothérapie favorise la rémission du cancer

Les recherches menées par les scientifiques du Centre médical l’UT UT Southwestern montrent que certains agents d’immunothérapie améliorent la capacité du système immunitaire à se débarrasser des cellules cancéreuses lorsqu’ils sont combinés.

Actualité Cancer

Actualités sur le cancer

Le renforcement de l’immunité a conduit à une rémission à long terme d’un cancer mortel chez la souris.

Les scientifiques ont fait des progrès considérables ces dernières années dans le recrutement de cellules immunitaires pour combattre certains cancers. Certains médicaments qui promettent d’augmenter la survie des patients sont issus de leurs travaux.

Cependant, les chercheurs se sont davantage concentrés seulement sur une partie de l’immunité.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont introduit une nouvelle perspective pour que le système immunitaire combatte plus efficacement les cellules cancéreuses. Leur découverte pourrait conduire à la mise au point de traitements plus utiles pour les personnes atteintes de glioblastome, un cancer du cerveau mortel.

L’étude a été publiée dans Nature Communications.

Lutter contre les cancers grâce à une meilleure immunité

Il existe deux types d’immunité : innée et adaptative. L’immunité innée implique un système plus ancien qui recherche constamment dans le corps pour trouver et éliminer les agents étrangers et les pathogènes, généralement en les consommant. L’immunité adaptative est celle qu’une personne acquiert après avoir été exposée à un agent pathogène.

Ces deux parties du système immunitaire ne sont pas indépendantes l’une de l’autre. L’immunité adaptative dépend de l’immunité innée dans une certaine mesure pour déterminer où son aide est la plus nécessaire.

Les scientifiques ont fait des progrès significatifs dans l’utilisation de l’immunité pour combattre certains types de cancer, améliorant ainsi le taux de survie.

Toutefois, les chercheurs ont obtenu leurs succès principalement en se concentrant sur l’immunité adaptative. C’est ce qu’affirme Wen Jiang, professeur adjoint d’oncologie au Centre médical de l’UT Southwestern. Jiang a dirigé l’étude actuelle.

Certaines thérapies en cours de développement visent à renforcer l’action du système immunitaire inné contre les cellules cancéreuses. Elles ciblent principalement la protéine CD47 que les cellules cancéreuses utilisent pour décourager les cellules immunitaires de les consommer. Cependant, elles présentent un potentiel plus important pour le traitement des cancers du sang et moins pour la lutte contre les tumeurs solides.

La forme la plus courante et la plus agressive de tumeur cérébrale maligne chez l’adulte est le glioblastome. Jiang, qui voit régulièrement des personnes atteintes de ce trouble dans sa clinique, a déclaré que les patients présentent souvent des taux élevés de CD47.

Une meilleure approche du traitement

Jiang et ses collègues chercheurs s’intéressaient à la recherche d’un moyen de renforcer l’immunité innée des patients atteints de glioblastome. Ils voulaient des solutions qui permettent non seulement au système immunitaire inné de consommer les cellules cancéreuses, mais aussi au système immunitaire adaptatif direct d’attaquer les tumeurs.

L’équipe de recherche a commencé par étudier les effets des anticorps monoclonaux, qui inhibent généralement le CD47, sur les cellules de la MGF chez la souris. Elle a cultivé les cellules cancéreuses dans des boîtes de Petri avec des phagocytes, un groupe de cellules immunitaires innées.

Aidés par l’agent, les phagocytes ont pu consommer plus de cellules cancéreuses. Les chercheurs ont cependant trouvé que le résultat n’était pas « trop frappant ».

Jiang et ses collègues ont alors décidé d’utiliser un autre médicament pour essayer d’améliorer la capacité des cellules immunitaires à consommer les cellules cancéreuses. Ce médicament, connu sous le nom de témazolomide (TMZ), est couramment utilisé pour le traitement des patients atteints de glioblastome. Il rend les cellules tumorales plus vulnérables à l’attaque du système immunitaire en activant les réponses au stress.

Le TMZ a stimulé la faim des phagocytes pour les cellules tumorales. Cependant, les chercheurs n’ont pas encore trouvé les résultats très intéressants.

L’équipe a alors décidé d’utiliser les deux médicaments ensemble, car ils attaquent les cellules cancéreuses de manière différente. Elle a pensé qu’il pourrait être possible d’obtenir une meilleure réponse lorsqu’ils sont combinés.

La thérapie combinée a conduit à une plus grande capacité des cellules immunitaires innées à consommer les cellules de glioblastome comme prévu. Ceci en comparaison avec l’époque où les médicaments étaient utilisés séparément.

Les phagocytes ne se sont pas contentés de consommer les cellules cancéreuses lorsque les médicaments ont été combinés. Les scientifiques ont également découvert qu’ils allaient plus loin en utilisant des matériaux provenant de tumeurs pour améliorer la probabilité que les cellules T attaquent les cellules nocives.

Les cellules T sont principalement responsables de la capacité de l’immunité adaptative à combattre le cancer.

Une thérapie combinée plus prometteuse

Les médicaments ont contribué à réduire considérablement les tumeurs et à prolonger la vie lorsqu’ils ont été testés sur un modèle de glioblastome chez la souris.

Les chercheurs ont toutefois constaté que l’efficacité du traitement combiné diminuait avec le temps. Les cellules cancéreuses ont trouvé un moyen d’empêcher les cellules immunitaires de les consommer.

Les cellules tumorales ont réussi à le faire en augmentant leur production de PD-L1. Cette protéine protège les cellules du glioblastome contre l’attaque des cellules T du système immunitaire.

L’équipe de recherche a donc ajouté un anticorps connu sous le nom d’anti-PD-1 à la thérapie pour briser la résistance des cellules. En conséquence, le taux de survie des souris atteintes de glioblastome a considérablement augmenté.

La combinaison thérapeutique améliorée a permis de maintenir en vie environ 55 % des animaux pendant la durée de l’étude. Selon les chercheurs, ce résultat est comparable à une rémission à long terme chez les personnes atteintes de glioblastome.

« Si une nouvelle thérapie prolonge la survie ne serait-ce que d’un ou deux mois, elle est considérée comme un médicament à succès », a déclaré M. Jiang. « Ici, nous parlons potentiellement d’une proportion importante de patients qui pourraient être guéris ».

Le membre du Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center a déclaré que le fait de pouvoir relier les immunités innées et adaptatives pourrait être révolutionnaire pour le traitement de glioblastome.

Jiang a révélé que l’équipe espérait tester bientôt la thérapie combinée dans des essais cliniques chez l’homme.

Référence

https://www.nature.com/articles/s41467-020-15129-8

 

 

Leave a Reply