L’utilisation d’un bain de bouche pourrait inhiber les bienfaits de l’exercice physique

L’exercice physique réduit la tension artérielle, mais selon de nouvelles recherches, l’activité des bactéries buccales pourrait déterminer si nous en tirons profit.

Bain de Bouche

Bain de Bouche

Une équipe internationale de scientifiques a démontré que l’effet hypotenseur de l’exercice physique est considérablement réduit lorsque les gens se rincent la bouche avec un bain de bouche antibactérien, plutôt que l’eau, montrant l’importance des bactéries orales pour la santé cardiovasculaire.

Les chercheurs suggèrent actuellement que les professionnels de la santé devraient prêter attention à la cavité buccale lorsqu’ils recommandent des interventions impliquant une activité physique pour contrer l’hypertension artérielle.

L’étude a été menée par l’Université de Plymouth en collaboration avec le Center of Genomic Regulation à Barcelone (laboratoire de Gabaldon) en Espagne, et a été publiée dans le journal Free Radical Biology and Medicine.

Pourquoi cette recherche?

L’auteur principal, le Dr Raul Bescos, chargé de cours en diététique et physiologie à l’Université de Plymouth, a déclaré : « Les scientifiques savent déjà que les vaisseaux sanguins se dilatent pendant l’exercice, car la production d’oxyde nitrique augmente le diamètre des vaisseaux sanguins (appelée vasodilatation), augmentant ainsi la circulation du sang vers les muscles actifs.

« Ce qui est resté un mystère, c’est la façon dont la circulation sanguine demeure plus élevée après l’exercice, ce qui déclenche à son tour une réaction d’abaissement de la tension artérielle connue sous le nom d’hypotension post-exercice.

« Des recherches antérieures ont suggéré que le monoxyde d’azote n’était pas impliqué dans cette réaction post-exercice – et ne l’était que pendant l’exercice – mais la nouvelle étude remet en question ces affirmations.

« Tout cela est lié à la dégradation de l’oxyde nitrique en nitrates, un composé que l’on a cru pendant des années sans fonction dans l’organisme. Mais la recherche de la dernière décennie a montré que le nitrate peut être absorbé dans les glandes salivaires et excrété avec la salive dans la bouche.

« Certaines espèces de bactéries buccales peuvent utiliser ce nitrate et le transformer en nitrite, une molécule très importante qui peut améliorer la production d’oxyde nitrique dans l’organisme. Et lorsque le nitrite dans la salive est avalé, une partie de cette molécule est rapidement absorbée dans la circulation et réduite en oxyde nitrique. Cela aide à maintenir un élargissement des vaisseaux sanguins qui conduit à une baisse soutenue de la tension artérielle après l’exercice.

« Nous voulions voir si le blocage de la capacité du nitrate à se transformer en nitrite en inhibant les bactéries orales aurait un effet sur l’hypotension post-exercice. »

En quoi consistait l’étude ?

Vingt-trois adultes en bonne santé ont été invités à courir sur un tapis roulant pendant un total de 30 minutes à deux occasions distinctes, après quoi ils ont été surveillés pendant deux heures.

À chaque fois, à une, 30, 60 et 90 minutes après l’exercice, on leur a demandé de se rincer la bouche avec un liquide, soit un bain de bouche antibactérien (chlorhexidine 0,2%) ou un placebo d’eau parfumée à la menthe. Ni les chercheurs ni les participants ne savaient avec quel liquide ils se rinçaient.

Leur pression artérielle a été mesurée et des échantillons de salive et de sang ont été prélevés avant l’exercice et à 120 minutes après celui-ci. Il n’y avait ni nourriture ni boisson, sauf de l’eau pendant l’exercice et la période de récupération, et aucun des participants à l’étude n’avait de problèmes de santé buccodentaire.

Qu’a montré la recherche?

L’étude a révélé que lorsque les participants se rinçaient avec le placebo, la réduction moyenne de la pression artérielle systolique était de -5,2 mmHg à une heure après l’exercice. Cependant, lorsque ces participants se rinçaient avec le bain de bouche antibactérien, la pression artérielle systolique moyenne était de -2,0 mmHg au même instant.

*La pression artérielle systolique fait référence au niveau de pression artérielle le plus élevé lorsque le cœur serre et pousse le sang autour du corps.

Ces résultats montrent que l’effet hypotenseur de l’exercice a été réduit de plus de 60 % au cours de la première heure de récupération et totalement aboli deux heures après l’exercice lorsque les participants ont reçu le bain de bouche antibactérien.

Les points de vue précédents suggéraient également que la principale source de nitrite dans la circulation sanguine après l’exercice était l’oxyde nitrique formé pendant l’exercice dans les cellules endothéliales (cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins). Toutefois, la nouvelle étude remet en question cette hypothèse. Lorsqu’un bain de bouche antibactérien a été administré aux participants, leur taux de nitrite sanguin n’a pas augmenté après l’exercice. Ce n’est que lorsque les participants ont utilisé le placebo que ses taux ont augmenté, ce qui indique que les bactéries orales sont une source clé de cette molécule dans la circulation, au moins durant la première période de récupération après un exercice.

Qu’en disent les auteurs

Craig Cutler, co-auteur de l’étude qui a mené la recherche dans le cadre de son doctorat à l’Université de Plymouth, a déclaré : « Ces résultats montrent que la production de nitrites par les bactéries orales est extrêmement importante pour stimuler la réaction de notre corps à l’exercice pendant la première période de récupération, ce qui favorise une baisse de la pression artérielle et une meilleure oxygénation des muscles.

En fait, c’est comme si les bactéries orales étaient la  » clé  » de l’ouverture des vaisseaux sanguins. S’ils sont enlevés, les nitrites ne peuvent pas être produits et les vaisseaux restent dans leur état initial.

« Les études existantes montrent qu’en dehors de l’exercice, le bain de bouche antibactérien peut en fait augmenter la pression artérielle au repos, alors cette étude a suivi et a montré l’impact du bain de bouche sur les effets de l’exercice.

« L’étape suivante consiste à étudier plus en détail l’effet de l’exercice sur l’activité des bactéries buccales et la composition des bactéries buccales chez les personnes présentant un risque cardiovasculaire élevé. À long terme, la recherche dans ce domaine pourrait améliorer nos connaissances pour traiter plus efficacement l’hypertension ou l’hypertension artérielle. »

Références

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0891584919307610?via%3Dihub

Leave a Reply