L’hormone de Croissance Active les Gènes Impliqués dans la Réparation des Tissus Endommagés

L’hormone de croissance est connue pour augmenter la masse corporelle maigre et la densité osseuse chez les personnes âgées, mais est-ce que c’est tout ?

ADN

ADN

Elle active un gène essentiel à la guérison et à la régénération des tissus de l’organisme, explique Robert Costa, professeur de Biochimie et de Génétique Moléculaire à l’Université de Chicago et membre de l’UIC, Cancer Center.

Cette découverte pourrait expliquer pourquoi on vieillit.

« Les niveaux de l’hormone de croissance diminuent à mesure que nous vieillissons ; par conséquent, le gène Foxm1b cesse de fonctionner et notre corps est moins capable de réparer les dommages « , a déclaré Costa.

Dans un article publié dans le numéro de décembre de Hepatology, Costa et ses collègues publient les résultats d’études sur la régénération hépatique chez des souris âgées (12 mois) et jeunes (2 mois), un modèle pour étudier les mécanismes moléculaires auxquels le corps fait appel pour restaurer les tissus endommagés par une blessure ou par le vieillissement. Le foie est le seul organe du corps capable de se régénérer complètement à partir de cellules matures.

Les scientifiques se sont focalisés sur le gène Foxm1b, qui est impliqué dans tout le cycle de vie de la cellule animale; sa prolifération, sa maturation et puis sa mort. L’activité du gène est plus élevée dans la division cellulaire chez les jeunes mammifères, mais diminue progressivement avec l’âge.

Dans des études antérieures, les chercheurs ont introduit le gène humain Foxm1b chez des souris âgées dont le foie avait été partiellement retiré (les deux espèces ont des formes du gène pratiquement identiques). Les expériences ont montré que le gène restaurait les niveaux de protéines Foxm1b et induisait le foie des animaux à se régénérer à un rythme typique des jeunes souris. D’autres recherches ont montré comment le gène dirige les processus moléculaires à l’intérieur des cellules impliqués dans leur division et leur multiplication.

Dans la présente étude, les scientifiques ont testé les effets de l’hormone de croissance en raison de son rôle présumé dans la stimulation de la prolifération cellulaire. L’hormone de croissance, une substance sécrétée par l’hypophyse, est responsable de la croissance chez les enfants et les jeunes adultes, mais son taux diminue avec l’âge.

« La littérature a suggéré que l’hormonothérapie de croissance chez les hommes âgés stimule la division des cellules », a déclaré Costa, entraînant une augmentation de la masse musculaire et de l’épaisseur de la peau et une plus grande densité osseuse dans la colonne vertébrale, tout en réduisant la graisse corporelle.

« Nous voulions savoir comment l’hormone fonctionnait à un niveau moléculaire. »

Lorsque des souris âgées dont le foie avait été partiellement retiré ont reçu une injection d’hormone de croissance, les études histologiques ont montré que l’activité du gène Foxm1b s’était considérablement amplifiée, comme le font les enzymes et les protéines qui entrainent la division cellulaire. En même temps, le foie de ces animaux se régénérait à une vitesse que l’on retrouve chez les jeunes souris. La prolifération cellulaire a connu un pic à seulement deux jours, et le foie a été complètement restauré en une semaine.

Par contre, chez les souris âgées qui n’ont pas reçu l’hormone, la régénération complète a duré un mois ou plus. Sans hormone de croissance qui active le gène Foxm1b, ce dernier est resté bloqué à un faible niveau d’activité retrouvé chez les sujets âgés, ce qui a ralenti la multiplication et la régénération des cellules hépatiques.

D’autres tests ont été effectués sur des souris génétiquement modifiées dont le gène Foxm1b avait été désactivé dans leurs cellules hépatiques. Chez ces souris, les injections de l’hormone de croissance n’ont pas réussi à stimuler la régénération du foie partiellement retiré.

« Ces résultats prouvent clairement que Foxm1b est essentiel pour l’hormone de croissance afin de stimuler la régénération du foie, » dit Costa.

L’étude est susceptible de donner une lancée aux cliniques et spas de luxe qui offrent déjà des injections d’hormone de croissance pour « traiter » la vieillesse, mais Costa est prudent avant de tirer des conclusions de ses recherches sur les bienfaits de la thérapie.

« Nos études sur la régénération du foie nous en dit beaucoup sur le fonctionnement de l’hormone de croissance à un niveau moléculaire, mais les injections n’ont eu lieu que sur de courtes périodes, ne nous donnant aucune information sur leurs conséquences à long terme, » a dit Costa.

Bien que plusieurs études aient montré que l’hormonothérapie de croissance prolongée a des effets secondaires dangereux allant du diabète au syndrome du canal carpien, Costa croit qu’un traitement à court terme avec l’hormone de croissance pourrait être bénéfique pour accélérer la cicatrisation après une blessure ou une chirurgie chez les sujets âgés et réduire le temps de convalescence.

Le National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases et le National Institute on Aging ont financé l’étude. Katherine Krupczak-Hollis, Xinhe Wang et Margaret Dennewitz ont également participé aux recherches de l’UIC.

Références

Leave a Reply