Les Mécanismes Moléculaires Derrière L’horloge Biologique des Femmes

Des chercheurs ont identifié certains des mécanismes qui peuvent affecter la fertilité des femmes de l’adolescence à la ménopause. Ces mécanismes dépendent en grande partie des erreurs chromosomiques naturelles – des erreurs qui varient selon le groupe d’âge.

Horloge Biologique des Femmes

Ceci est la conclusion d’un groupe de recherche international issue d’une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Copenhague. Les scientifiques, provenant d’un certain nombre d’universités européennes, sont arrivés à cette conclusion après avoir examiné 3000 ovules de filles et de femmes âgées entre 9 et 43 ans.

‘’Nous, les humains, avons une courbe de fertilité unique par rapport aux autres espèces. La courbe commence très mal à l’adolescence et recommence à se dégrader lorsque les femmes atteignent la trentaine. Mais jusqu’à présent, nous n’avons pas su ce qui cause réellement ces changements’’, déclare Eva Hoffmann, directrice de la recherche et professeur au Département de Médecine Cellulaire et Moléculaire de l’Université de Copenhague.

La colle moléculaire

Contrairement aux hommes qui ne produisent pas de sperme avant la puberté, les femmes naissent avec un capital d’ovules dont elles disposeront toute leur vie. Cependant, les ovules sont immatures et ne se développent pas complètement avant le début du cycle menstruel.

‘’Pendant que les œufs sont dormants, une sorte de glue moléculaire fait coller les chromosomes entre eux. Ultérieurement, lorsque les œufs sont mûrs, les chromosomes se divisent. Mais plus les femmes vieillissent, plus le risque de désintégration prématurée de la dite colle est important », explique Eva Hoffmann.

Le matériel génétique se désintègre ainsi, entraînant des anomalies chromosomiques qui peuvent entraîner des syndromes tels que Down, Turner ou Klinefelter. Ou qui peuvent rendre les œufs inféconds.

Toujours chez les adolescentes, les chercheurs ont constaté une plus grande incidence des anomalies chromosomiques lors de la maturation des ovules, et c’est surtout parce qu’ils n’ont pas encore atteint un niveau de maturité suffisant.

A l’adolescence, ce sont surtout les plus gros chromosomes du matériel héréditaire qui ont développé des défauts, et donc augmenté la probabilité que les ovules soient expulsés par le corps sans être fécondés.

Au fur et à mesure que les adolescentes grandissaient, les chercheurs ont constaté que les ovules devenaient plus sains et que les erreurs chromosomiques disparaissaient progressivement. Cette tendance s’est poursuivie jusqu’à ce que les femmes aient atteint la fin de la vingtaine, avant que d’autres types d’erreurs chromosomiques ne commencent à se manifester.

Hanches plus larges et grand-mères

Les scientifiques ne comprennent pas encore pourquoi la fécondité humaine augmente, atteint le sommet puis chute à un certain âge. En comparaison, nos proches congénères, les chimpanzés, ne vivront pas la ménopause de la même façon, ils seront toujours fertiles pendant toute leur vie adulte.

Selon Eva Hoffmann, il s’agirait peut-être de deux mécanismes développés au cours de l’évolution de l’homme. Premièrement, un mécanisme qui protège les femmes très jeunes contre la grossesse jusqu’à ce que leur corps soit complètement développé – et donc plus aptes à avoir des enfants grâce à des hanches plus larges réduisant les risques associés à l’accouchement.

Deuxièmement, un mécanisme qui pourrait permettre aux femmes âgées de jouer un nouveau rôle de grand-mère lorsque leurs propres enfants deviennent capables de procréer, une théorie qui, dans un certain nombre de recherches, est connue sous  »l’hypothèse des grand-mères ».

Eva Hoffmann souligne que ces nouveaux résultats peuvent être utilisés pour améliorer la diffusion de l’information sur la procréation et la perte de la capacité de tomber enceinte. De même que l’augmentation des connaissances peut être en mesure d’améliorer le traitement de l’infertilité à long terme.

La perte de la capacité de tomber enceinte est encore un tabou, mais avec de telles connaissances, nous sommes en mesure de mieux comprendre et de démontrer que c’est une chose naturelle. En même temps, une meilleure compréhension des mécanismes derrière notre horloge biologique pourrait nous permettre de mieux contrôler la dégradation des ovules. Soit dans les ovocytes eux-mêmes, soit dans le processus de maturation à la clinique de fertilité « , explique Eva Hoffmann.

Références

https://science.sciencemag.org/content/365/6460/1466

Leave a Reply