Les Chirurgiens du Secteur Privé Marocain Parmi les Médecins les Mieux Rémunérés au Monde

Dans un pays où le revenu par habitant est faible et où 41,3 % de la population vit dans des zones rurales sans revenu régulier ni aucune forme de sécurité sociale, l’incidence des maladies entraîne une diminution des ressources et une augmentation du niveau de pauvreté, voire du stress. Selon l’Organisation mondiale de la santé,  » sans qualité de vie, une espérance de vie prolongée n’a aucun intérêt, le désir d’être en bonne santé est tout aussi important que l’espérance de vie « .

Système de santé au Maroc

Système de santé au Maroc

Comparés aux médecins américains qui sont lourdement endettés au moment de l’obtention de leur diplôme, les médecins marocains bénéficient d’une formation médicale gratuite, que ce soit dans leur pays ou dans de nombreux pays européens. Ils n’ont donc aucune raison pour ne pas offrir des soins médicaux appropriés, mais la formation qu’ils reçoivent est conforme aux normes. Immédiatement après avoir quitté la faculté de médecine, ils doivent travailler dans des hôpitaux publics pendant de nombreuses années avant d’être autorisés, plus tard, à pratiquer dans le secteur privé. Les médecins marocains sont donc hautement qualifiés et compétents. Mais après l’ouverture de leurs cliniques et établissements privés, il semble qu’ils oublient toute l’éthique médicale qu’ils ont acquise à l’université.

Le système de santé au Maroc

Une des particularités du système de santé marocain est que les patients doivent se rendre dans des cliniques pour des tests et des services qui ne se trouvent pas dans les hôpitaux. Le système de soins de santé au Maroc est  basé sur trois niveaux

Le système de santé militaire

Le système de santé militaire est l’un des meilleurs pour ce qui est d’offrir des soins médicaux aux patients. Il est composé de médecins qualifiés et d’hôpitaux bien équipés. Les forces armées sont les seules qui peuvent obtenir des services de soins de santé gratuits dans ces établissements.

Le système de soins de santé public/civil

Le secteur de la santé publique comprend les ressources du ministère de la Santé en matière de soins de santé. Il compte de bons médecins. L’industrie médicale publique est cependant médiocre.  Le secteur public est confronté à de nombreux défis, dont les suivants :

Les pauvres et les habitants des zones rurales ont des difficultés à accéder aux soins de santé primaires, surtout pour les maladies chroniques.

Mauvaise gestion des hôpitaux publics,

Insuffisance du personnel pour faire face au nombre croissant de personnes ayant besoin de soins de santé, et enfin, le manque de responsabilités morales de certains médecins, ainsi que la question de la corruption.

Le secteur de la santé publique est le secteur légalement autorisé à traiter les cas d’urgence. Bien que le gouvernement soit conscient de tous ces défis, les efforts pour régler le problème n’ont pas encore abouti jusqu’ici.

Le système de santé privé

Le secteur privé se compose de deux sous-secteurs. Secteur associatif regroupant le patrimoine santé de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), de la Mutuelle et de la Caisse Nationale des Organismes Sociaux (NFSWB), du Croissant Rouge Marocain (MRC), des ONG.

L’autre secteur cherche à faire des profits. Il s’agit d’un système de paiement qui comprend les structures de soins de santé détenues et gérées par des experts en soins de santé tels que des spécialistes en soins dentaires et en cardiologie ainsi que des médecins généralistes.

Examen  approfondi du système de soins de santé privé

L’un de nos enquêteurs a confirmé à quel point de nombreux médecins deviennent irrespectueux des règles d’éthique une fois installés dans leur établissement privé. Pour des raisons de sécurité, nous ne mentionnerons pas de noms car c’est très courant dans plus de 80% des cabinets privés. Nous avons pris plusieurs rendez-vous avec un certain nombre de médecins, mais nous avons dû attendre en moyenne 3 heures avant qu’ils ne se présentent.

Les médecins marocains peuvent prendre autant de patients par jour qu’ils le souhaitent, il n’y a pas de limites fixées par la loi. Il n’est pas rare qu’un spécialiste puisse servir jusqu’à 30 patients par jour, ce qui ne laisse pas vraiment trop de temps par patient. Cela peut entraîner de nombreuses erreurs de diagnostic.

Selon la loi marocaine, une consultation chez un spécialiste peut aller jusqu’à 250 Dirhams, soit environ 27USD par patient et par visite.

La pratique privée au Maroc est une activité lucrative. En supposant qu’un médecin travaille pendant cinq jours plus une demi-journée le samedi pour les visites, le revenu total des médecins sera le suivant :

En une semaine, un chirurgien marocain peut voir 165 patients, multipliés par 27USD. Le revenu total par semaine sera de 4455 USD. Dans un an, cela fera un total de 231660 USD. Si vous ajoutez des interventions chirurgicales, Il est si facile pour les médecins des cliniques privées de ce faire facilement des centaines de milliers de Dollars.

L’assurance maladie au Maroc

Actuellement, le système de soins de santé au Maroc n’est pas bien développé. Cependant, le gouvernement a mis en place des processus pour améliorer le système et la qualité des services médicaux, tant pour les expatriés que pour la population locale. Les autorités s’efforcent de trouver des moyens d’accroître la couverture médicale universelle, de réduire les coûts médicaux et d’améliorer la qualité des services, même dans les zones rurales et les autres zones qui semblent isolées.

Environ les deux tiers des Marocains ont une couverture médicale. Il existe le régime d’assurance maladie obligatoire (Assurance Maladie Obligatoire, AMO) et le régime d’assistance médicale (RAMED). Les deux régimes sont détenus par l’État. L’AMO a débuté en 2005 en tant que régime d’assurance-maladie d’employeur pour les employés des secteurs public et privé.

La couverture nationale de santé à travers les deux régimes médicaux, fournit une couverture à près de 62% de la population. Au moins, cela indique une nette amélioration de la situation au sein du gouvernement pour améliorer les soins de santé de la population.

Les mauvaises pratiques médicales au Maroc et les mesures de prévention à prendre pour les réduire

La faute professionnelle médicale est un problème grave au Maroc, qui est encore un pays en développement. Les Marocains sont sérieux sur cette question en raison du nombre croissant de décès dus à la négligence médicale des médecins marocains. Certaines de ces erreurs comprennent des diagnostics erronés, des chirurgies inutiles, le manque de communication, le manque d’équipement médical et le manque de médecins qui respectent l’éthique.

Le gouvernement doit agir rapidement pour enrayer ces pratiques répréhensibles. Les médecins doivent être bien formés et prendre le temps de diagnostiquer le problème du patient avant de prescrire un médicament. Une bonne communication entre le médecin et le patient devrait également être privilégiée. Les hôpitaux et les cliniques doivent être bien équipés avec tout le matériel nécessaire. Enfin, tous les médecins doivent avoir à cœur la vie du patient et non celle de leur compte bancaire.

Références

Leave a Reply