La Chlamydiose Testiculaire et L’infertilité Masculine

L’impact potentiel de la chlamydiose sexuellement transmissible non diagnostiquée sur la fertilité masculine a été mis en évidence dans une étude menée par la Queensland University of Technology (QUT), qui a découvert pour la première fois la bactérie dans les biopsies du tissu testiculaire d’hommes infertiles sans cause identifiée.

Chlamydia Trachomatis

Chlamydia Trachomatis

Les chercheurs ont trouvé des anticorps spécifiques de la bactérie responsable, Chlamydia trachomatis, dans le sang de 12 sur 18 donneurs de biopsies testiculaires fraîches, indiquant qu’ils avaient été exposés à la bactérie. Pourtant, aucun des hommes n’a rpporté de symptômes d’infection ou de diagnostic antérieur de chlamydia ni avoir contracté une autre infection sexuellement transmissible (IST).

Cette étude a été publiée dans la revue Human Reproduction, en collaboration avec le Monash IVF Group, le Hudson Institute of Medical Research, Monash Health et le Queensland Fertility Group.

Principales conclusions :

  • Les hommes dont les échantillons testiculaires ont été analysés étaient modérément à sévèrement infertiles, ne produisant peu ou pas de spermatozoïdes, et la majorité d’entre eux n’avaient aucune cause de stérilité définie.
  • 45,3 % des biopsies testiculaires fixes (43 sur 95 hommes) ont été positives pour la chlamydia, obtenues au service d’Anatomie Pathologie de Monash Health. Tous les hommes de ce groupe n’avaient pas de cause connue d’infertilité.
  • La chlamydia a également été trouvée dans 16,7 % des biopsies testiculaires fraîches de 3 hommes sur 18, obtenues lors des procédures de recueil du sperme par Monash IVF Group et Queensland Fertility Group. Ces 3 hommes, et 10 autres dans le groupe, n’avaient aucune cause identifiée de stérilité.
  • Des anticorps spécifiques de Chlamydia trachomatis ont été trouvés dans le sérum de 12 des 18 hommes ayant fourni les biopsies (66,7 %), ce qui indique que ces hommes avaient été exposés à la bactérie, mais tous étaient asymptomatiques et n’avaient été diagnostiqués d’aucune IST.

Ken Beagley, professeur d’Immunologie à l’Institute of Health and Biomedical Innovation, a déclaré que l’infection à chlamydia chez les hommes n’a pas été aussi bien étudiée que chez les femmes, malgré des taux similaires d’infection.

« L’infection à Chlamydia a été associée à l’infertilité des femmes, mais on en ignore beaucoup plus sur son impact sur l’infertilité masculine, surtout si les hommes ne présentent pas de symptômes, ce qui est estimé dans environ 50 pour cent des cas », a-t-il déclaré.

« Quand les gens n’ont pas de symptômes, ils peuvent, sans le savoir, transmettre l’infection à leurs partenaires sexuels. »

 » C’est la première preuve rapportée d’infection à chlamydia dans le tissu testiculaire humain, et bien qu’on ne puisse pas dire qu’elle était la cause de l’infertilité des hommes, cela reste une découverte importante. »

« Il dévoile un taux élevé d’infection à chlamydia non connue auparavant et son rôle potentiel dans le défaut de production du sperme dans les testicules.’’

« Les expériences menées sur les animaux par notre équipe confirment ces résultats chez l’homme. Ces études montrent que l’infection à chlamydia chez les souris mâles établit une infection chronique des testicules qui entrave considérablement la production normale du sperme.’’

« Nous croyons que les études futures sur les hommes devraient examiner comment l’infection à chlamydia endommager le système reproducteur masculin et contribuer à l’infertilité. »

Selon le professeur Beagley, l’examen du tissu testiculaire pourraient également constituer un outil de dépistage et de diagnostic utile pour les cliniciens et les aider à se renseigner sur les traitements visant à améliorer les résultats de reproduction.

« Normalement, un diagnostic d’infection à chlamydia est posé à l’aide d’un échantillon d’urine, mais cela ne permet pas toujours de confirmer l’infection chez les hommes, » dit-il.

« Dans notre étude, deux des trois patients dont les biopsies étaient positives pour la chlamydia étaient négatifs pour la bactérie. Pour le troisième patient, nous n’avons pas pu obtenir les résultats d’analyse d’urine.

« Cela indique que l’infection ne peut pas se propager dans le système urinaire, ou ne se répandre que de façon intermittente. »

Le professeur Robert McLachlan, spécialiste de la fertilité masculine du Monash IVF Group et co-auteur de l’étude, a déclaré que pour la majorité des hommes ayant un sperme de mauvaise qualité, la cause est incertaine.

« Nous connaissons certains facteurs, comme l’effet toxique de chimiothérapie par exemple, mais pour beaucoup d’hommes, il n’y a rien à signaler dans leur antécédents sexuels ou médicaux qui puisse expliquer leurs problèmes de fertilité, » dit-il.

« Pour être en mesure d’agir, il faut d’abord bien connaître la cause..

« L’infection à la chlamydia chez les hommes est un sujet qui doit faire l’objet d’une étude plus poussée. S’il s’agit d’une cause potentielle ou d’un facteur aggravant, cela nous donne une cible, un objectif à atteindre.

« Si elle a un rôle à jouer, nous devons savoir lequel, quelle est la meilleure façon de la traiter, si le traitement peut réparer les dommages et améliorer le spermogramme, et aussi comment nous pouvons le prévenir. »

Références

https://academic.oup.com/humrep/advance-article/doi/10.1093/humrep/dez169/5580920

Leave a Reply