Des Lésions Pulmonaires Associées aux Vapotage

Un article du « Clinical Perspective » en avant-première sur le numéro de mars de l’American Journal of Roentgenology (AJR) résume la littérature au sujet des manifestations radiologiques courantes des Systèmes Electroniques de Distribution de Nicotine (SEDN), notamment les cigarettes électroniques, les vaporisateurs, les narguilés ainsi que les e-cigarettes à réservoirs.

Vapotage

Vapotage

Comme il n’existe pas de  » définition standardisée des lésions pulmonaires associées au vapotage « , écrit l’auteur principal Travis S. Henry de l’Université de Californie à San Francisco, « le diagnostic de lésion pulmonaire due au vaping peut être posé en établissant un lien temporel entre le changement des habitudes du vaping et le début des maladies respiratoires, en éliminant d’autres causes de maladies pulmonaires (infections, autre drogue ou exposition, maladies des tissus conjonctifs et autres) et en stabilisant la maladie par corticothérapie. »

Tout en insistant sur l’importance de reconnaître les symptômes observés avec la SEDN, Henry et coll. soulignent que le radiologue peut être la première personne à demander aux cliniciens des renseignements sur des expositions particuliers:

Pneumonie d’hypersensibilité

Les résultats typiques de la TDM (Tomodensitométrie) comprennent des opacités apicales symétriques en verre dépoli, des nodules centrolobulaires mal définis, et parfois une atténuation en mosaïque réfléchissant le piégeage d’air. Henry et son équipe ont observé une amélioration clinico-radiologique après l’arrêt de l’inhalation de l’antigène.

Hémorragie alvéolaire diffuse

Bien que la radiographie pulmonaire ou la TDM à eux seuls ne suffisent pas à distinguer les autres causes d’opacités pulmonaires d’apparition aiguë – aspiration, œdème, infection, etc.- Les patients peuvent devenir anémiques, et le lavage broncho-alvéolaire (LBA) avec des liquides persistants ou de plus en plus sanguinolents peut confirmer le diagnostic.

La pneumonie aigüe à éosinophiles

Souvent secondaires au l’utilisation des vapes pour la première fois, à l’augmentation de leur utilisation, au changement de marque ou à la reprise des produits traditionnels, les cas récents ont été difficiles à diagnostiquer en raison de manifestations non spécifiques et de l’absence d’éosinophilie périphérique au moment de la consultation.

La pneumopathie interstitielle

Caractérisée par la prolifération des fibroblastes et le dépôt de collagène comme réaction aux lésions pulmonaires, les résultats les plus typiques de la TDM sont la formation d’opacités irrégulières bilatérales en verre dépoli, une condensation ou bien les deux au niveau périlobulaire ou périphérique. Henry et ses collègues ont noté que le signe  » halo inversé  » ou  » atoll  » est également associé à la pneumopathie interstitielle.

La pneumonie huileuse

Les aromatisants que contiennent les SEDN sont essentiellement des jus, mais des constituants comme la glycérine peuvent conduire à une phospholipidose endogène. Cependant, l’atténuation macroscopique des graisses (< -30 HU) n’est pas présente dans tous les cas, de sorte que la présence de macrophages chargés de lipides sur la LBA ou la réaction de corps étrangers autour des lipides à l’histologie peut confirmer le diagnostic.

La pneumopathie interstitielle à cellules géantes

Henry et al. ont identifié un cas pathologiquement prouvé de cette rare pneumoconiose, attribuable à des traces de cobalt dans la vaporette du patient, avec une contamination bien documentée aux métaux lourds contenus dans les aérosols.

« En raison de l’hétérogénéité de la fabrication des e-cigarettes et des aérosols, il y a sûrement de nombreuses autres manifestations pulmonaires non abordées dans cet article, » reconnaît Henry.

‘’Les SEDN peuvent également contenir des composés tels que le diacétyle pouvant causer d’autres lésions pulmonaires, dont la bronchiolite constrictive par exemple », a-t-il conclu.

Références

https://www.ajronline.org/doi/10.2214/AJR.19.22251

Leave a Reply